Le secret du gladiateur

Le secret du gladiateur

Laure Bazire

Nathan

  • Une fin un peu trop rapide

    Marcus appréhende toujours le moment où Fulgur, son père, entre dans l’arène pour y livrer combat. Ça a beau être un excellent gladiateur, le garçon ne peut s’empêcher de craindre le pire. Un mauvais coup est si vite arrivé… La main du destin lui donne malheureusement raison. En effet, Fulgur revient à moitié mort de son dernier combat. Un combat si singulier que le gladiateur prend peur. C’est ce qui le décide, une fois remis de ses blessures, à enfin révéler le secret de ses origines à son fils.

    Lorsque les agressions se multiplient, plus aucun doute n’est permis : c’est bien la vie de Marcus qui est en péril. Toutefois, au lieu d’obéir et de rester à l’abri du danger, le garçon enquête et cherche à en savoir plus sur ses ennemis… quitte à foncer tête baissée dans la gueule du loup.

    Ce roman se passe à une époque intéressante et dans un milieu qui intrigue par sa singularité. En effet, le monde des gladiateurs est fascinant. Ces combattants frôlent la mort à chaque instant et pourtant ils ne reculent jamais, faisant preuve de courage jusque dans la mort. Leurs motivations sont diverses et variées. Que ce soit par soif de sang, rêve de liberté ou goût du risque, les champions entrent dans l’arène avec le même but : en ressortir vainqueur. Malheureusement cet univers fait de sable et de sang reste assez secondaire.

    Je m’attendais à lire des combats haletants et héroïques… mais au final il y en a très peu. Il s’agit surtout de manigances et d’attaques assez lâches. Si ce n’était que ça, j’aurais pu m’en accommoder car, après tout, Marcus avec sa patte folle n’a rien d’un gladiateur.

    Non, le vrai problème de ce récit, c’est que le dénouement arrive comme un cheveu sur la soupe. Ah, ça, il est impossible d’anticiper la fin, puisqu’elle sort de nulle part ! Du coup, on a l’impression que les 150 pages précédentes ne servaient qu’à montrer que Marcus est un bon et gentil garçon. Toute l’excitation qui entourait l’enquête de l’adolescent retombe d’un seul coup et c’est bien dommage !

    En conclusion, une fin un peu trop facile et détachée du reste. Cela donne malheureusement une impression de « tout ça pour ça » alors que le récit est plaisant à lire et entraînant.