Votre librairie met en place un service"DRIVE"
2 options maintenant sur notre site pour passer commande :
soit l’envoi par La Poste, avec un délai non garanti.​
soit le retrait à la porte à la librairie sur rendez-vous

Pour prendre rendez-vous, merci de nous contacter sur notre page Facebook ou sur librairie.banse@orange.fr
La marchandise vous sera remise dans le respect des gestes barrières.

 

Le secret du mari / roman

Le secret du mari / roman

Liane Moriarty

Le Livre de Poche

  • 26 janvier 2018

    A Melbourne, Tess voit son monde s'effondrer. Son mari et sa cousine Felicity lui annoncent qu'ils s'aiment ! Sous le choc, elle prend le premier avion pour Sydney et se réfugie avec son petit garçon chez sa mère.
    A Sydney justement, Rachel vit dans la douleur depuis que sa fille Janie est morte assassinée quand elle n'avait que 17 ans. Les années n'ont pas effacé son chagrin et sa haine à l'égard du meurtrier qui court toujours. Sa seule joie est de s'occuper de son petit-fils, Jacob. Mais son fils et sa bru partent s'installer à New York et Rachel va devoir retourner à sa solitude.
    Quant à Cecilia, c'est par une lettre que sa vie va être dramatiquement chamboulée. Jusqu'ici elle menait une vie parfaite : un mari aimant, trois magnifiques fillettes, un emploi à mi-temps chez Tupperware et un sens de l'organisation à toute épreuve. Jusqu'à cette lettre trouvée par hasard au grenier. Une lettre de son mari, John-Paul, à n'ouvrir qu'après sa mort...La tentation est trop grande, Cecilia ouvre la lettre et découvre le terrible secret de l'homme qui partage sa vie.
    Trois femmes bouleversées mais prêtes à se battre, trois femmes toujours debout malgré les épreuves, trois femmes qui vont finir par se rencontrer...pour le meilleur et pour le pire.

    Gros coup de cœur pour cette comédie de mœurs qui fait sourire mais ménage aussi des moments d'émotion et pour ces trois femmes confrontées au pire et qui tentent malgré tout de maintenir le cap.
    Tess, la sérieuse, la discrète, phobique sociale qui combat ses penchants à l'introversion. Tess qui croyait en son bonheur et n'a pas vu le coup venir, porté par deux êtres qui lui sont chers, son gentil mari et sa cousine adorée, presqu'une sœur. Et Tess qui se lâche, retrouve sa folle jeunesse, se laisse séduire, se révèle dans les bras d'un amant de passage.
    Rachel, la blessée, la meurtrie. Rachel qui n'a pas su remonter la pente depuis l'assassinat de sa fille. Elle a délaissé son fils, détesté sa bru, s'est coupé du monde. Seul Jacob trouve grâce à ses yeux et il va partir loin d'elle. Pour rester debout, elle a choisi la haine, la haine de celui qu'elle croit coupable et l'espoir de le voir un jour derrière les barreaux.
    Cecilia, la parfaite, la toujours disponible, la wonderwoman impliquée sur tous les fronts, maîtresse de maison accomplie, épouse et mère aimante, meilleure vendeuse de Tupperware de la région, parée à faire face à toutes les circonstances. Sauf peut-être au secret de son mari. Cecilia à l'heure des choix, prête à tout pour sauver sa famille, quoique...
    Trois femmes à un tournant de leur vie qui vont vivre et nous faire vivre des tensions, des drames, des chagrins, mais aussi de la tendresse, de l'amour, du rire. Le deuil, la culpabilité, l'amour, la trahison, le pardon, la famille, le couple...tant de thèmes traités avec justesse, humour et émotion pour une histoire, ou plutôt des histoires pleines de sensibilité et de sincérité. Une belle découverte.


  • 16 septembre 2017

    Du rififi chez les Aussie !

    Des Etats- Unis, la rumeur a enflé : les Américaines auraient déniché le best seller idéal, un mix de polar, de comédie romantique, d’étreintes sexy, le tout écrit par une Australienne inconnue et situé dans les banlieues chic de Melbourne ! Imaginez « Fifty shades of grey » en plus rigolo.  Deux millions d’exemplaires plus tard,  un an passé à truster la première place sur la liste des best -sellers du « New York Times », la version française de « The Husband’s secret » arrive chez nous. Nous faisons donc connaissance avec  Cécilia, fée du logis, grande amatrice des soirées Tupperware, Tess, la career woman qui croit au couple idéal qu’elle forme avec Will ;  et enfin Rachel qui ne supporte  pas sa belle- fille et est inséparable de son petit-fils Jacob . Pour des raisons différentes,  chacune de ces femmes, qui gravitent autour de l’école primaire Saint Angela à Melbourne, se trouvent au bord de la crise de nerfs. Cécilia  découvre en effet une lettre de son mari, révélant un terrible secret de son adolescence. Effarée, Tess apprend que son mari modèle est tombé amoureux de sa cousine. Et Rachel, dont la fille Janie a été assassinée il y a vingt ans,  se persuade que le professeur de gymnastique est l’assassin que l’on n’a jamais réussi à retrouver.

    Bref, entre une sortie de l’école et quelques cours de zumba, cela  déménage sec à Saint Angela ! Et la gentille bluette  façon « Desperate Housewives »  vire au polar  avec un véritable cas de conscience en prime : faut- il se taire et protéger ses enfants ou dénoncer  celui  qui vit avec vous depuis plus de vingt ans ? Dialogues acérés, scènes de ménages explosives, coucheries variées, on ne s’ennuie guère même si question style, on reste sur sa faim. Tout se terminera  évidemment bien pour nos héroïnes qui,  à force d’accumuler les tuiles, paraissent enfin humaines.

    Le secret du mari a été traduit en 35 langues et devrait être adapté à l’écran. Comme le prochain livre de Liane Moriarty, auteur  décidemment chanceuse,  avec Nicole Kidman et Reese Witherspoon dans les rôles principaux.  Voilà un secret qui  risque de ne pas le rester très longtemps …

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • 27 octobre 2016

    famille, secret

    Le fameux secret est dévoilé à la moitié du livre. Mais ses conséquences, qui occupent la seconde moitié de l’ouvrage, sont terribles.

    Je ne suis pas fan des "desperates housewifes", bien que les "real housewifes" m’aient diverti un temps.

    Pourtant, j’ai aimé cette intrigue qui se lit bien et se dévore comme une pâtisserie faite maison par une maman attentionnée mais débordée.

    L’image que je retiendrai :

    Celle de Cecilia emmenant sa fille à l’école avec un escarpin à talon et une ballerine plate.

    alexmotamots.fr