Votre librairie met en place un service"DRIVE"
2 options maintenant sur notre site pour passer commande :
soit l’envoi par La Poste, avec un délai non garanti.​
soit le retrait à la porte à la librairie sur rendez-vous

Pour prendre rendez-vous, merci de nous contacter sur notre page Facebook ou sur librairie.banse@orange.fr
La marchandise vous sera remise dans le respect des gestes barrières.

 

ECOLES, PENSIONS ET ORPHELINATS AU XIXE SIECLE - L EXEMPLE DE FECAMP
EAN13
9791029007262
ISBN
979-10-290-0726-2
Éditeur
Chapitre.com
Date de publication
Dimensions
23 x 15 x 1 cm
Poids
658 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Ecoles, Pensions Et Orphelinats Au Xixe Siecle - L Exemple De Fecamp

Chapitre.com

Offres

L’éducation au XIXe siècle est partagée entre les maîtres d’école, les maîtres de pension et les congrégations religieuses. Trois d’entre elles s’occupent des enfants à Fécamp : les sœurs de la Providence, les Frères des écoles chrétiennes et les sœurs de Saint Vincent de Paul. Elles apportent une éducation chrétienne entre les riches pensionnats, les écoles gratuites pour les indigents et l’orphelinat de filles. Les maîtres d’école laïques enseignent dans leurs maisons, dans des pensions privées ou dans des bâtiments communaux. Sous la Troisième République de magnifiques maisons d’école sortent de terre et accueillent tous les élèves sans distinction. L’orphelinat Saint-Michel pour les fils de marins péris en mer ouvre ses portes en 1886. Les maisons tenues par les congrégations enseignantes connaissent un déclin à la fin du XIXe siècle.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

    Le , Librairie Banse


    L’éducation au XIXe siècle est partagée entre les maîtres d’école, les maîtres de pension et les congrégations religieuses. Trois d’entre elles s’occupent des enfants à Fécamp : les sœurs de la Providence, les Frères des écoles chrétiennes et les sœurs de Saint Vincent de Paul. Elles apportent une éducation chrétienne entre les riches pensionnats, les écoles gratuites pour les indigents et l’orphelinat de filles. Les maîtres d’école laïques enseignent dans leurs maisons, dans des pensions privées ou dans des bâtiments communaux. Sous la Troisième République de magnifiques maisons d’école sortent de terre et accueillent tous les élèves sans distinction. L’orphelinat Saint-Michel pour les fils de marins péris en mer ouvre ses portes en 1886. Les maisons tenues par les congrégations enseignantes connaissent un déclin à la fin du XIXe siècle.