Votre librairie met en place un service"DRIVE"
2 options maintenant sur notre site pour passer commande :
soit l’envoi par La Poste, avec un délai non garanti.​
soit le retrait à la porte à la librairie sur rendez-vous

Pour prendre rendez-vous, merci de nous contacter sur notre page Facebook ou sur librairie.banse@orange.fr
La marchandise vous sera remise dans le respect des gestes barrières.

 

Les caprices de Louise, ou autres aventures érotiques
Éditeur
Les érotiques by Léa
Date de publication
Collection
Érotica
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les caprices de Louise

ou autres aventures érotiques

Les érotiques by Léa

Érotica

Offres

  • AideEAN13 : 9782919071715
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    1.99
"Ainsi donc, en tous les métiers de Paris, en toutes les activités ouvertes à
qui désire gagner son pain, partout... partout une femme devait d’abord être
dévouée aux vices ou aux désirs de ceux qui utilisaient son activité. Louise
de Bescé entra dans vingt maisons et tenta autant de labeurs.

Un pâtissier utilisa Louise comme vendeuse tout un après- midi. À six heures
il la fit venir en son officine et prétendit la sodomiser parmi les
pâtisseries que le four attendait et devant le baquet aux crèmes fouettées.

Chez un bijoutier, il fallait faire l’amour avec une autre fille et le
commerçant.

Un homme de lettres eut besoin d’une secrétaire. Louise s’y rendit, mais il
fallait qu’elle se fasse lesbianiser par un chien spécialement doué et habile,
lequel pouvait, plus généreux que l’homme, lécher trente-cinq minutes durant,
sans aucune fatigue.

Une femme de lettres, en quête également d’une secrétaire, demanda à Louise
quelque chose de plus compliqué. Il lui fallait caresser d’une bouche galante
l’intimité sexuelle de cet écrivain, tandis que l’amant en titre, sur le
postérieur tendu de la lécheuse, savourait les joies de Sodome.

Une femme peintre et, ma foi, prix de Rome, avait également besoin d’une
employée dont la fonction n’était pas très définie. Mais ce qu’on réclamait de
plus certain, c’était le pouvoir de faire jouir deux hommes en même temps, par
la vulve et l’anus, tandis que la bouche se serait occupée du sexe de la
peintresse.

Ainsi, à mesure que Louise de Bescé pénétrait dans la société parisienne, elle
constatait que la lubricité primait tout. Le monde entier mettait le sexe en
idole et la femme n’avait d’autre loi que le désir."
S'identifier pour envoyer des commentaires.