A l'approche des fêtes de fin d'année, les difficultés d'approvisionnement en papier peuvent allonger nos délais de livraison jusqu'à 3 semaines pour les livres sur commande (points orange). Nous vous conseillons d'anticiper vos achats et de privilégier des ouvrages en stock (points verts)

Histoire d'Henriette d'Angleterre
Éditeur
Collection XIX
Date de publication
Collection
Femmes de lettres
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Histoire d'Henriette d'Angleterre

Collection XIX

Femmes de lettres

Offres

  • Aide EAN13 : 9782346010103
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    2.99
« Il semble, au premier abord, qu’on ne saurait prendre un vif intérêt à
l’histoire d’une jeune princesse morte à vingt-six ans, dont l’enfance s’est
passée dans l’exil, et qui n’a paru qu’un instant à la cour de Louis XIV.
Mais il faut se rappeler que cette princesse est la fille de Charles Ier, et
la sœur de Charles II ; qu’elle a été l’idole des plus belles années de la
plus brillante cour du monde, que c’est par elle que fut conclue l’alliance
entre Charles II et Louis XIV, et qu’enfin elle mourut empoisonnée dans tout
l’éclat de sa beauté et de ses succès.
Son histoire, par Mme de La Fayette, renferme une vivante image des premières
années du règne de Louis XIV ; il est piquant d’y retrouver, peints par la
main d’une femme, et tels qu’ils étaient dans leur jeunesse, la plupart des
personnages que le duc de Saint-Simon a connus et décrits trente ans plus
tard.
Mme de La Fayette est elle-même un écrivain très-distingué, et si ce petit
livre perdait son intérêt historique, il mériterait d’être conservé uniquement
pour sa valeur littéraire. On y reconnaît partout l’auteur de Zaïde et de la
Princesse de Clèvos, ces deux romans qu’on dédaigne de lire, et qui, pour la
grâce et le sentiment, n’ont pas été surpassés.
Mme de La Fayette était de cette société de l’hôtel de Rambouillet, dont
Molière a immortalisé le mauvais goût, mais où il se trouvait bien quelques
esprits excellents à côté des Bélise et des Trissotin, puisque Mme de La
Fayette s’y rencontrait avec Mme de Sévigné. Elle fut pendant vingt-cinq ans
l’amie du duc de La Rochefoucauld, l’auteur des Maximes, et se jeta sur la fin
dans la dévotion la plus austère, sous la direction du célèbre abbé Duguet, de
Port-Royal. Elle mourut en 1693, âgée de soixante ans. »

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale
de France, _Collection XIX_ a pour ambition de faire découvrir des textes
classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIX e siècle.
S'identifier pour envoyer des commentaires.