Le mouvement social numéro 240 Défendre l'ennemi public
EAN13
9782707174499
ISBN
978-2-7071-7449-9
Éditeur
La Découverte
Date de publication
Collection
MOUVE SOCIAL (LMS 000240)
Nombre de pages
180
Dimensions
23 x 15 x 1 cm
Poids
273 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le mouvement social numéro 240 Défendre l'ennemi public

De

La Découverte

Mouve Social

Indisponible
Ce projet de numéro porte sur la manière dont des avocats ont assumé, dans des luttes politiques contemporaines des pays démocratiques de l'Occident, la défense de personnes considérées comme des ennemis publics, des terroristes, des traîtres, souvent décrites comme ne méritant pas d'être défendues.
L'évolution de la vie démocratique dans les pays occidentaux n'a pas fait disparaître la catégorie des militants considérés par la majorité des citoyens comme des " ennemis publics ". Nationalistes, terroristes, brigadistes, en Europe et dans les pays en voie de décolonisation, de l'entre-deux-guerres aux années soixante-dix : tous ont conservé le droit d'être défendus. Ce sont les paradoxes mêmes du mot " défense " qui sont au cœur de la réflexion collective d'où ce numéro est issu, entre la défense comme fonction nécessaire au procès et comme forme de justification ou d'excuse d'une pacte qui a justifié l'inculpation, sans compter l'acception militaire, lorsque sont impliquées des forces armées. Les enjeux de cette explication rencontrent plusieurs questions importantes des sciences sociales. L'une renvoie à la figure classique du procès politique. On entend ici rapprocher la focale du processus judiciaire lui-même, afin de comprendre comment se combinent rôles judiciaires et enrôlements politiques, stratégies juridiques et enjeux partisans. Une autre question touche à la sociohistoire de la profession d'avocat. Qu'en est-il des effets politiques de la défense de ceux qui s'opposent à l'État libéral et à ses institutions ? Comment se reconfigure alors le rôle des avocats, qu'ils soient eux-mêmes engagés pour la cause portée par leurs clients ou qu'ils ne revendiquent que le rôle nécessaire de défenseur ? Toutes les défenses sont-elles légitimes, et à quel prix ? On s'interrogera enfin sur ce que le prisme de l'analyse de la sphère judiciaire, et plus particulièrement du rôle des avocats, apporte à la compréhension des mobilisations politiques ou sociales. Dans ces situations de crise, les tribunaux ne sont pas seulement les caisses de résonance de combats extérieurs : leurs professionnels en deviennent les acteurs, volontairement ou non ; les procédures, des adjuvants ou des obstacles ; leurs décisions et leurs verdicts, un des enjeux du combat. C'est de cet enrôlement dans ses formes extrêmes en régime démocratique que ce numéro tente de parler.
S'identifier pour envoyer des commentaires.