Le scandale des
Éditeur
La Découverte
Date de publication
Collection
Sur le vif
Langue
français
Code dewey
364.153
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le scandale des " tournantes "

Dérives médiatiques, contre-enquête sociologique

La Découverte

Sur le vif

Offres

  • Aide EAN13 : 9782707172716
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    8.99
Ce livre se veut donc autant une contribution à la sociologie de la
délinquance juvénile qu'un essai politique sur les formes contemporaines de la
xénophobie. (Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition
originale de 2005.)


Entre 2001 et 2003, un thème a brutalement surgi dans les médias : les viols
collectifs, rebaptisés " tournantes ". À l'instar d'autres manifestations de
l'" insécurité " qui dominait alors tous les débats, ces comportements ont été
présentés comme un phénomène nouveau, en pleine expansion et imputables aux
seuls " jeunes issus de l'immigration " habitant les " quartiers sensibles ".
La dénonciation de ces " nouveaux barbares " a fait l'objet d'un consensus
médiatico-politique d'autant plus fort que le lien a rapidement été fait avec
les thèmes de l'oppression des femmes et parfois avec l'islam. Au terme d'une
contre-enquête mobilisant toutes les données disponibles et s'appuyant en
outre sur une études de dossiers judiciaires, Laurent Mucchielli fait la
lumière sur ces comportements juvéniles. Il en conteste la nouveauté autant
que l'aggravation, et réfute, preuves à l'appui, la liaison fondamentale faite
entre viols collectifs, origine maghrébine et religion musulmane. L'auteur
montre que la mise en scène médiatique des " tournantes " participe en réalité
d'une peur et d'un rejet croissant des jeunes hommes français issus de
l'immigration maghrébine ainsi que d'une banalisation contestable des
problèmes économiques et sociaux en termes " culturels " voire " ethniques ".
Ce livre est donc autant une contribution à la sociologie de la délinquance
juvénile qu'une analyse des nouveaux habits de la xénophobie.
S'identifier pour envoyer des commentaires.