Votre librairie met en place un service"DRIVE"
2 options maintenant sur notre site pour passer commande :
soit l’envoi par La Poste, avec un délai non garanti.​
soit le retrait à la porte à la librairie sur rendez-vous

Pour prendre rendez-vous, merci de nous contacter sur notre page Facebook ou sur librairie.banse@orange.fr
La marchandise vous sera remise dans le respect des gestes barrières.

 

Voyage au bout de la révolution.De Pékin à Sochaux
Éditeur
Fayard
Date de publication
Collection
Littérature Française
Nombre de pages
288
Langue
français
Code dewey
320.532
Fiches UNIMARC
S'identifier

Voyage au bout de la révolution.De Pékin à Sochaux

Fayard

Littérature Française

Offres

  • AideEAN13 : 9782213646053
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

    13.99

Autre version disponible

La France a échappé au terrorisme qu'ont connu l'Allemagne et l'Italie; de peu: les «maos», comme ils se désignaient eux-mêmes, prônaient dans notre pays l'affrontement violent avec le pouvoir et la police, les cadres des usines, les militants du parti communiste. C'est cette radicalité que l'on découvre dans ce récit autobiographique d'une ancienne de la Gauche prolétarienne que dirigeait Benny Lévy, un jeune et brillant philosophe dont le fanatisme ne se démentira jamais, avec aussi Olivier Rolin, Alain Geismar et bien d'autres. Voyage initiatique en Chine, Mai 68, activisme politique à Grenoble, séjours en prison, clandestinité, établissement en usine à Grenoble et à Sochaux, procès internes, Claire Brière-Blanchet a suivi ce chemin extrême jusqu'en 1973. La révolution ne lui a pas pris seulement sa jeunesse, mais aussi sa petite fille Judith. Ce drame scella l'échec de ces années d'ascétisme militant. Claire mettra des années à se reconstruire, et à pouvoir enfin raconter sa saisissante et terrifiante épopée.
Étudiante en histoire à la Sorbonne, Claire Brière entre en extrême gauche en 1960 avec la guerre d'Algérie. Gauchiste, puis maoïste, elle passe quinze ans au service exclusif de ce qu'elle croit être la révolution, avec son mari Pierre Blanchet, qui sera tué en reportage en Croatie en 1991. En 1975, elle devient reporter à Libérationet publie des ouvrages sur l'Iran, puis le Liban, l'Égypte et l'Irak. De 1988 à 2007, elle est en charge des publications de «Médecins du Monde» et crée la revue Ingérences.
S'identifier pour envoyer des commentaires.