Les pierres crieront, Une enfance cambodgienne, 1975-1980
Éditeur
La Découverte
Date de publication
Collection
Hors collection Essais & Documents
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les pierres crieront

Une enfance cambodgienne, 1975-1980

La Découverte

Hors collection Essais & Documents

Offres

  • Aide EAN13 : 9782707176202
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    11.99

Autre version disponible

Molyda avait douze ans lorsque les troupes de Pol Pot occupèrent Phnom Penh le
17 avril 1975. Unique survivante de sa famille, elle a dicté à ses parents
adoptifs le récit de l'agonie des siens sous le régime des Khmers rouges.
Désormais classique, ce livre a été traduit en plusieurs langues et a
rencontré un succès considérable aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en
Italie.
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition originale de 1984.)


Unique survivante de sa famille, Molyda a dictée à ses parents adoptifs le
récit de l'agonie des siens sous le régime des Khmers rouges. Elle avait douze
ans lorsque les troupes de Pol Pot occupèrent Phnom Penh le 17 avril 1975.
Ce récit est accablant par sa simplicité. Ce n'est pas une prise de parole
politique, mais l'égrènement impitoyable de longues journées de faim, de peur,
de silence, de travail forcé. Il débouche sur l'espérance d'un nouveau départ
dans la vie sur un sol hospitalier. Une famille s'est reconstituée, auprès de
parents européens, avec deux autres enfants rescapés.
Publié pour la première fois à l'automne 1984, _Les pierres crieront_ fait
figure aujourd'hui de classique. Il a été traduit en plusieurs langues et a
rencontré un succès considérable notamment aux États-Unis, en Grande-Bretagne
et en Italie.
" L'extrémité de l'horreur nous vient par le témoignage d'une enfant qui a
vécu cinq ans dans cet enfer. Comme dans le _Journal d'Anne Frank_ , on est
saisi par le contraste entre l'horreur méthodique et la fraîcheur de cette âme
d'enfant, sa générosité, sa force vitale. C'est aussi la preuve absolue, celle
que l'histoire obtient rarement, le témoignage qui ne peut être soupçonné car
cette mémoire intacte restitue ce qu'elle a enregistré avec une neutralité d
'extra-terrestre. [...]
Existe-t-il un document semblable à celui-ci dans les archives de l'humanité ?
Je ne le crois pas. Il n'a rien d'esthétique, de littéraire, il est nu comme
les cadavres qui flottent sur le Mékong, comme l'horreur qui monte de cette
terre marécageuse. Ainsi rejoint-il la grande littérature de la terreur et de
l'abjection, celle de Kafka, celle de Beckett. " Jean-Marie Domenach
S'identifier pour envoyer des commentaires.