L'oubli de la cité, La mémoire collective à l'épreuve du lignage dans le Jérid tunisien
Éditeur
La Découverte
Date de publication
Collection
Textes à l'appui / Anthropologie
Langue
français
Code dewey
306.089
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'oubli de la cité

La mémoire collective à l'épreuve du lignage dans le Jérid tunisien

La Découverte

Textes à l'appui / Anthropologie

Offres

  • Aide EAN13 : 9782707176295
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    14.99

Autre version disponible

La méthode inaugurée ici est particulièrement précieuse : mêlant
l'anthropologie à l'histoire, elle permet à l'auteur de s'interroger sur le
sens d'un travail de la communauté d'une oasis du Jérid, dans le Sud tunisien,
à s'oublier comme telle, sur le sens d'un oubli " actif " du politique que
l'on ne saurait réduire au traumatisme, à la dépossession ou à la perte.
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition originale de 1990)


De même qu'on admet aujourd'hui l'inexistence de " sociétés sans histoire ",
on tient pour acquis qu'il ne saurait exister de sociétés sans mémoire :
chacune viserait à perpétuer le souvenir du maghreb, affectées du double signe
de la " tradition orale " et de la " communauté ", on attribue _a fortiori_
une forte mémoire collective. Tout portait donc à croire que le oasis du
Jérid, dans le Sud tunisien, recèleraient une forte mémoire de la communauté,
exprimant le souvenir de leurs rapports tumultueux avec l'État aussi bien que
la nostalgie des " lois de la cité ". Or le récit d'une histoire lignagère et
privée y prend toujours le pas sur l'évocation d'un destin collectif.
Revendiqué, cet oubli remet en cause les notions mêmes de tradition orale et
de mémoire collective. Nourri d'une longue enquête sur place, cet ouvrage
n'intéressera pas seulement les arabisants ou les passionnés du Maghreb, mais
ceux qui veulent percer les silences et analyser les discours enveloppant
l'histoire de leur propre société. La méthode inaugurée ici est
particulièrement précieuse : mêlant l'anthropologie à l'histoire elle permet à
l'auteur de s'interroger sur le sens d'un travail de la communauté à s'oublier
comme telle, sur le sens d'un oubli " actif " du politique que l'on ne saurait
réduire au traumatisme, à la dépossession ou à la perte.
(Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition originale de 1990)
S'identifier pour envoyer des commentaires.