Intellectuels communistes essai sur l'obéissance politique, essai sur l'obéissance politique
EAN13
9782707130815
ISBN
978-2-7071-3081-5
Éditeur
La Découverte
Date de publication
Collection
L'espace de l'histoire
Nombre de pages
420
Dimensions
24,2 x 15,6 x 2,9 cm
Poids
508 g
Langue
français
Code dewey
320.532
Fiches UNIMARC
S'identifier

Intellectuels communistes essai sur l'obéissance politique

essai sur l'obéissance politique

De

La Découverte

L'espace de l'histoire

Offres

Autre version disponible

Qu'a pu signifier être un intellectuel communiste ? Quel rapport ces intellectuels ont-ils entretenu à l'autorité politique du Parti ? C'est à ces questions que s'efforce de répondre cet ouvrage à travers l'histoire de la revue française La Nouvelle Critique, revue née orthodoxe, devenue alliée du groupe dirigeant du Parti, puis supprimée pour être devenue critique.
Dans la France de la guerre froide, le Parti communiste exerce un extraordinaire pouvoir d'attraction auprès de l'intelligentsia française, au point que la figure de l'intellectuel communiste occupe une place centrale. Cette figure connaît pourtant une transformation à la fin des années 1960, où de nombreux intellectuels communistes se confrontent à la pensée de Foucault, Lévi-Strauss, Lacan ou Althusser. Signe d'ouverture, cette confrontation s'inscrit dans une phase décisive de rénovation théorique, politique et organisationnelle du PCF. " Conseillers du prince ", les intellectuels communistes produisent alors les soubassements théoriques de cet aggiornamento manqué. Qu'a pu signifier alors être un intellectuel communiste ? Entre soumission et émancipation, quel rapport ces intellectuels ont-ils entretenu à l'autorité politique du parti ? Comme le montre ici Frédérique Matonti, une revue intellectuelle communiste, La Nouvelle Critique, constitue un observatoire particulièrement précieux pour répondre à ces questions. Née orthodoxe pendant la guerre froide, rénovée en 1967, elle fut l'alliée de la fraction dominante du groupe dirigeant du PCF en Mai 68, avant de basculer dans la contestation au moment de la rupture du programme commun. Elle fut supprimée en 1980, parce qu'elle était devenue... critique. À travers cette histoire, l'auteure propose une approche passionnante de l'obéissance des intellectuels communistes français –; obéissance profonde et singulière au regard de leurs homologues étrangers. Elle restitue la gamme de leurs rapports à l'autorité qui, en cette période et à la différence de la guerre froide où ils ne pouvaient guère que se soumettre ou se révolter, passent par la ruse, le double langage, l'avancée timide ou la critique ouverte.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Frédérique Matonti